vendredi 11 mai 2012

Pintade au saint-félicien et aux morilles (dite "Pintade à la Catherine")

Voici une recette que mon amie Catherine m'a (succinctement) soufflée : "Tu prends une bonne pintade et tu la farcis avec un saint-félicien et plein de morilles. C'est super bon."
Pintade, saint-félicien, morilles. Tout était dit.
Je succombe déjà aux trois ingrédients pris séparément. Alors s'ils sont associés les uns aux autres... Cela ne peut être que la promesse d'un plat tout simplement divin.
J'ai fait plusieurs essais, peaufiné un peu les choses... Quelques échalotes par ici, un trait de crème par là... La recette est maintenant bien au point et c'est à tomber par terre!

Je vous la donne ici avec des morilles, mais je l'ai faite récemment avec des cèpes (déshydratés) et c'était excellent. Je sers ce plat avec une salade frisée, mais j'imagine que quelques pâtes fraîches mélangées à l'exquise sauce sont tout à fait recommandables !

Pour 6 gourmands:
Une belle pintade (1kg8 au moins)
30g de morilles déshydratées
1 saint-félicien fermier
1 cuillère à soupe de crème épaisse
7 échalotes
20 cl de crème liquide
40 cl de porto blanc (sinon de vin blanc)
1 Kub Or

Réhydrater les morilles dans un bol d'eau très chaude pendant une heure. Bien les rincer puis les émincer grossièrement.
Faire revenir une échalote finement émincée dans un trait d'huile d'olive, sans coloration. Dès qu'elles sont translucides, ajouter les morilles, faire revenir quelques minutes, ajouter le Kub Or et 10 cl de porto blanc.
Lorsque le liquide s'est évaporé, stopper la cuisson et laisser refroidir.
Écraser le saint-félicien à la fourchette avec une CS de crème épaisse, ajouter les morilles et un peu de poivre.
Note: si vous avez le foie de la pintade, vous pouvez l'émincer et le rajouter cru à la farce.
Farcir la pintade de ce mélange.

Préchauffer le four à 200°.
Verser 2 CS d'huile d'olive dans une cocotte en fonte. A feu vif, faire dorer la pintade sur toutes ses faces. Ajouter les 6 autres échalotes  entières et faire dorer encore un peu.
Verser dans la cocotte le reste de porto blanc et la crème liquide et placer la cocotte au four. La pintade va finir de dorer. La retourner une ou deux fois et l'arroser souvent avec la sauce. Au bout d'une demi-heure, baisser le four à 160°, couvrir la cocotte avec son couvercle, l'oublier pendant 1h. Laisser la reposer (toujours couverte) une dizaine de minutes hors du four avant de la servir.
Évidemment, il faut adapter ces temps de cuisson en fonction de votre four.

Régalez-vous! A très vite!

7 commentaires:

  1. Comme elle doit être bonne cette pintade ! Entre le fromage et les morilles, ce doit être terrible !!!

    RépondreSupprimer
  2. Elle a raison, Catherine ! C'était super-bon et je crois que la tablée s'est vraiment régalée ... Pas de nouvelles de notre autre pintade ? Parce qu'on pourrait se la farcir aussi ! ;o) Bon, trêve de plaisanterie, tu es une reine en cuisine et tu le sais ... Clem devrait t'appeler demain. Il sera avec ses copines dans le Marais (forcément, c'est dimanche ...) et si vous êtes par là, il pourrait te déposer le paquet québécois ... ;o) Mon Dieu, tout cela doit sonner étrange aux oreilles de tes lecteurs ! ;o) Bisous à tous
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pintades sont cuites, Hélène. je répète: les pintades sont cuites! :-)

      Supprimer
    2. oui, je confirme !!! La pintade (le volatile) était délicieuse et j'en salive encore. D'ailleurs, nous y avons fait honneur vu qu'il n'en est pas resté une seule miette.
      Merci de partager cette bonne recette que je ne manquerai pas de tenter même si je ne suis (hélas) pas aussi bonne cuisinière que vous 2, Mesdames !!! Bisous à vous 4 Famille Juliette et j'espère à très vite !!!
      Rachel

      Supprimer
  3. Contente d'avoir de tes nouvelles et avec une bien belle recette comme toujours. Les pintades sont cuites?? Ici Londres??? ;-)))

    RépondreSupprimer
  4. Bon, on sait que mon paquet québécois s'est bien rendu à bon port. Super! ;-)

    Ce plat était effectivement divin. Difficile de faire mieux, c'était tout simplement excellent.

    Tu es une cuisinière de grand talent, il me plaît de te le souligner.

    J'en profite pour faire mes salutations aux 3 hommes de la maison.

    Bisous à tous!

    AnneXXX

    RépondreSupprimer
  5. Cela faisait quelques mois que je gardais cette recette "sous le coude" (entre ceux qui n'aime pas le fromage et ceux qui n'aime pas les morilles.... je suis gâtée moi ! lol).
    Fait ENFIN pour midi..... C'est une tuerie ! Un régal ! Le petit Jésus en culotte de velous aurait dit ma grand mère....
    Merci Juliette de m'avoir fait fait découvrir cette recette.
    Un gros bisou.
    Patricia

    RépondreSupprimer